De l’importance de l’art contemporain ?

Ce que j’aime dans l’art contemporain c’est ce qu’il provoque chez son public. C’est à peu près tout ce qu’il y’a à apprécier de lui souvent, d’ailleurs. C’est alors assez drôle quand on regarde la photo que j’ai prise de remarquer que tout le monde observe bien les explications sur les murs (perplexe) sans voir l’œuvre placée au centre qui est cette colonne noire. L’art contemporain ne s’explique pas. Il est sans intérêt peut on dire même. Cependant il a ce don de pointer du doigt le comportement humain. Bravo à l’artiste pour l’installation !

Emma Labruyere.

 

cropped-entete_wordpress2.jpg

Publicités

Le perruquier le plus connu du siècle est Bordelais.

 

RETOUR SUR L’EXPOSITION CHARLIE LE MINDU À LA BASE SOUS MARINE DE BORDEAUX.

Charlie le Mindu est un créateur de 29 ans originaire du Médoc qui travaille le cheveu comme personne. Connu notamment pour ses réalisations pour l’artiste Lady GAGA, il a clôturé son exposition située au centre culturel de la base sous marine de Bordeaux ce week end lors de la nuit européenne des musées dans un show sans pareil.  IMG_9302

Il définira lui même son travail de  »haute coiffure » avant d’être reconnu dans le milieu artistique de la mode, conscient que ses créations allaient dépasser les codes. Ce n’est pas pas par pur amour démesuré de lui même qu’il nomma son art ainsi, mais par la prise de conscience que sa créativité allait le contraindre à dépasser la manière dont on concevait les créations artistiques sur cheveux.  Il voulait changer les supports et la vision de la coiffure. En effet, l’artiste qui côtoyait les salons de coiffures depuis l’âge de 13 ans a commencé dès 18 ans à ajouter des cheveux à ses mannequins, puis des structures, puis à sculpter le tout, à coudre et à assembler des matières. C’est ce qu’il appelle ainsi la Haute couture s’assimilant à d’autres tout comme Odile Gilbert qui l’a beaucoup inspiré dans ses travaux.

Pouvant passer des mois à dessiner ses collections, il avoue dans une interview qu’à trois personnes, en travaillant dix heures par jour, il faut trois semaines pour réaliser une perruque.  Alors, allez-vous adopter la « Haute Coiffure »? 

Emma Labruyere.

Follow Charlie Le Mindu officiel : TwitterFacebook 

More photos.

IMG_9303

IMG_9337

IMG_9340

IMG_9341

IMG_9343

IMG_9345

IMG_9347

IMG_9348

IMG_9351

IMG_9354

IMG_9355

IMG_9356

IMG_9357

IMG_9358

IMG_9323

IMG_9328

IMG_9331

IMG_9363

cropped-cropped-entete_wordpress3.jpg

 

Breaking news : AA au Garorock, le groupe à découvrir absolument!

Il y a quelques mois de cela j’ai découvert le groupe AA pour la première fois. C’était le samedi 12 décembre 2015 lors du concert de AaRON, au Florida, un groupe se démarquant en particulier grâce au lien existant entre Olivier Coursier et Simon Buret. Et si le nom AaRON ne vous dis rien peut-être, que la chanson U-Turn Lili rendue célébre par sa présence dans le film « je vais bien, ne t’en fais pas » de Philipe Lioret adapté du roman de Olivier Adam, vous dira quelque chose. Comme je vous disais la première partie du concert fut assurée par ce talentueux groupe local, qui commence à se faire connaitre : AA. 

Ce soir là j’avais récupéré quelques témoignages comme j’aime le faire :

Emmanuelle : « AA je ne connaissais pas, et j’ai beaucoup aimé ! Et sinon AaRON c’était encore mieux sur scène. J’ai trouvé ça émouvant et plein d’energie. »

Pourcel : « AA j’ai aimé parce que la soirée était le sous signe de partage d’émotions. Ça m’as transpercé. Et AaRON, c’était vraiment puissant et profond. Ça transpire l’humilité. Et c’était un moment d’intimité. »

Maïlys, Paul, Laurie et Candy : AA : « Nous avons beaucoup aimé car c’est original. Et il faut dire que ça collait bien avec AaRON ! Et puis ça prépare parfaitement l’ambiance. »

Thomas et Alex : « AA c’était génial ça envoie ! De plus il y a un échange avec le public ! Le chanteur a des faux airs de Chris Martin, ahah. C’est un groupe qui a beaucoup de charisme. »
AaRON : « Il y a une grosse différence entre le live et le studio. Et le live c’est vraiment pas mal ! »

Lola : AA : « C’était très très sympa ! »

Kathy : AA « Ils avaient leur finalité à eux. J’aime bien ! »

Zamira :  « AA c’est génial! Bravo! Quelle belle voix.. Et sympathique la moustache du bassiste » AaRON: »J’ai adoré !!! Aaron c’est une découverte fabuleuse… On a l’impression de vivre un rêve éveillé. Sans doute mon meilleur souvenir au florida! Puis très jolie chemise. J’aime beaucoup comment bouge le chanteur avec son corps, c’était gracieux, spécial. AaRON c’est doux, c’est beau, c’est vivant! Merci! »
J’avais pu constater que les spectateurs étaient ravis de leur soirée, et comblés par ces deux concerts que l’on pourrait qualifier de complémentaires. En effet, AA n’a pas à rougir face à AaRON. Ce sont deux groupes certes différents en style, mais qui se comparent tout à fait en terme de qualité.

Ainsi le concert fini, traversant la salle, refermant les portes, nous coupons la nuit, ( we cut the night) nous coupons la magie, omnipresente de la salle du florida. Et c’est en hésitant à faire demi-tour (U-Turn) que nous repartons mettre notre lugubre blouson noir. Le seul reste (The Leftlovers) de nos mille guerres (A thousand wars). Et ainsi, c’est avec toutefois une légère pointe de regrets dans l’âme, due à la fin de ce moment merveilleux, que nous repartons sur la route magnetique. (Magnetic Road) Attendant déjà avec hâte, le prochain concert. Alors en attendant preparez vous et « armez vos yeux (arm your eyes), aux multiples nuances de bleu (Shades of blue) quelques fois discretes, mais toujours présentes.

Je suis donc très heureuse de pouvoir retrouver AA au Garorok et de vous annoncer qu’ils feront partie de la belle programmation que nous réserve le festival !

Samantha Frieds

Photos tous droits réservés à Triptyque Rosé – Merci de l’indiquer si vous les publiez à nouveau.

 

_IGP5335
Robin du groupe AA

_IGP5351

_IGP5379

_IGP5390

_IGP5587 - Copie-2

_IGP5587 - Copie

_IGP5610

_IGP5645

_IGP5662 - Copie
AAron_IGP5669_IGP5311 - Copie_IGP5375 - Copie12938144_1203655026346608_3645235756575452591_n

 

 

RETROUVEZ AA au GAROROCK !

cropped-entete_wordpress.jpg

Concepstore à Bordeaux  »Le BonEndroit »

J’ai envie de vous faire découvrir mes bonnes adresses et la première sera comme son nom l’indique, à noter :  »Le BonEndroi »

A la dérive dans les rues de Bordeaux, vous errez en serpentant sur les pavés, en quête de l’achat qui sauvera votre vie, égayera votre quotidien ou illuminera le nouvel appart de votre meilleur pote. Soudain, vous réalisez que vous êtes littéralement au BON ENDROI (même le tapis à l’entrée le dit). L’enseigne lumineuse attire votre regard, vous entrez dans le magasin, épris d’une curiosité sans bornes.

Pourquoi ? Comment ?

Lire plus

PROFIL D’ARTISTE: VALY D Photographie

Qui sont les acteurs de la vie culturelle des bords de Garonne ? Qui sont les prophètes de notre épanouissement anti académique, vecteurs d’ouverture d’esprit et créateurs d’envies ?
Nous avons décidé à Triptyque Rosé de vous faire partager le parcours et le travail de chacun de ces acteurs de notre plaisir, pour en avoir toujours plus.

Aujourd’hui, zoom sur Valy D, photographe de la scène bordelaise et contributrice au webzine JUGEOTE depuis quelques années.

Valy D débute son parcours photographique en exerçant pour son loisir. Autodidacte, elle s’aventure  l’aide d’un appareil argentique, apprenant progressivement au fil de chaque prise. Beaucoup de pratique, de régularité et de tutoriels sur Youtube me dit-elle, finissent par lui accorder un savoir-faire qui mérite mieux que d’être exploité seulement à titre personnel. Pour avancer et progresser, il ne faut pas hésiter, et tenter sa chance : comprendre et braver les difficultés pour mieux créer.

sans titre-17

Valy D prône toujours son premier amour, la photographie de concert. Il s’agit de faire ressortir l’intensité du groupe sur scène, attraper les expressions des visages, l’ambiance dans la salle. Alors on apprend que parfois, lorsque l’on ne se trouve pas en face d’un Jimi Hendrix, il vaudra mieux se concentrer sur les instruments, les détails des personnes présentes (tatouages, chaussures…).
La difficulté est d’associer l’originalité à la qualité, en s’arrangeant avec les contraintes imposées : pour les grandes salles, limite à 3 chansons par photographe, avec une prise de vue essentiellement autorisée de par les côtés de la salle, pour ne pas gêner le public.

guitare manu

Aujourd’hui, Valy D continue d’écumer les salles de concert, avec du matériel plus approprié cependant (l’argentique ne convient pas vraiment pour le mouvement), mais souhaite aussi se diversifier, et plus généralement devenir professionnelle. Auto entrepreneuse depuis juin 2015, son but aujourd’hui est de compléter ses connaissances en développement photographique, mais aussi de s’épanouir dans le domaine en plein essor qu’est l’infographie et la retouche photographique, pour créer des visuels innovants, et offrir à sa créativité un nouveau champ d’expression.
Pour cela, elle n’hésite pas à s’impliquer et collaborer (aussi bien avec nous), comme par exemple avec le récent collectif de professionnels OMNIBUS, dont le but est de promouvoir les artistes émergents de la scène culturelle girondine. Son implication dans plusieurs clubs de photographie lui permet également d’échanger des connaissances, partager son savoir faire et ses idées avec d’autres créateurs d’images.

En bref, Valy D fait définitivement parti des acteurs de notre patrimoine culturel, que l’on pourra retrouver très prochainement au concert bordelais de Thomas Dutronc, samedi 30 janvier au Rocher de Palmer. Alors si ça vous tente, découvrez son œuvre sur sa page Facebook et son site Internet, et surtout, n’oubliez pas de faire partager (car c’est là tout l’intérêt) !!

R.J. B.

https://www.facebook.com/valydphotography/?fref=ts

http://www.photographe-libourne.fr/

http://jugeote.eu/

Une salle de concert dédiée au partage de la culture – Région de Toulouse

À seulement 40 minutes de Toulouse, le café associatif La Maison de la Terre propose toute l’année des concerts et manifestations culturelles variés.

L’avantage de ce lieu est la diversité des programmes proposés, une ambiance conviviale et des tarifs abordables dans un endroit privilégié. La programmation musicale va du Jazz à la musique classique en passant par le rock, le métal ou la musique du monde. On y rencontre des passionnés. C’est d’ailleurs Jean-Marc Larroque et sa femme qui gèrent la communication de façon bénévole pour l’association depuis mars 2015 qui nous ont témoigné leur attachement à ce lieu d’exception.

Le lieu, qui propose déjà de nombreuses manifestations culturelles, accueille régulièrement dans ses locaux d’autres associations pour diversifier ses actions et valoriser le tissu associatif local, encourageant ainsi les démarches créatives et artistiques. N’hésitez pas à prendre contact avec eux si vous êtes musicien de la région ou si vous avez un projet événementiel ici.

Selon les évènements, le lieu offre service de restauration, tapas et produits locaux bio, et assiettes réalisées par les permanents ou les bénévoles de l’association. L’endroit idéal pour passer un bon moment!

Leur programmation : ici.

Facebook.

@Emma Labruyere. 

SLSP-08maisondelaterre

SLSP-13-1maisondelaterre

SLSP-14maisondelaterre

SLSP-20maisondelaterre

SLSP-22maisondelaterre

SLSP-23maisondelaterre

SLSP-24maisondelaterre

SLSP-25maisondelaterre

SLSP-26maisondelaterre

Photos : tous droits réservés à l’association Maison de la Terre.

cropped-entete_wordpress.jpg

Hommage en images à David Bowie.

Pour lui on chante encore :  »Let’s dance » ! Il incarnera a jamais une figure emblématique de la pop avec ses musiques, son style transgenre et sa capacité d’évolution exceptionnelle. Il a parfois revêtit le blouson de rockeur comme l’un de ses nombreux costumes mais restera le créateur pop de ces 30 dernières années qui n’a eu de cesse de nous inspirer.

Soyez vous même tout comme ce grand artiste qui n’a pas eu peur d’assumer ses costumes à l’image de sa personnalité à la créativité débordante.

Retour en image du grand artiste que fût David Bowie, homme qui nous inspirera encore (8 janvier 1947- 10 janvier 2016).

Emma Labruyere.

940d0807c8d8f9a55decbfa180264c9e

845f91e94f01c36e869e8f3fc82fa8a7bdf8e8b1fa0f6b0438a6673b9cd09dbdbf72f2c8666468da3e797bbb62e277cb

5bd5374bd55587c2dd327da2aa02812a
2002

f2967793a0e1ca5007f2658a346d1069

d20420b5856ed8fa69983e31d942e6e5
REDHEAD

f64ff9777177937a42befb96f2199c973fe781f56e19d2a924e24840f5906d5f811c90892ebcf31121a040141ee95ae7d53e3bbd3fb729c1d62433c90c117574c2aaa3c8c57904a5235f03cf4f891aacdd2dd1f3ae2b76404b0b990f1af4a0b7

17bfe5a776e275f48c4b18117cd015d6
Avec sa femme. 2007

2524585ecf260f7c88789e9dc23213cb9a221a993a74c87ecb20301628cd9f2a

ea257fd0a191c12ab12cc34e1cf9998a
1970

c469f6b6c8a209b9cb924cbff0fe4e3f

2137fdbcab53f4fd14f6473cc6768973
1980
edd902d35779795407d7dc6d0e43aab3
1997

9d03fc3f1195097c5a3825c72b83cd45

990126e26b4eb2ed7e4defae7562ab5a
Avec Caterine Deneuve
f260154b28415db175c8fbc395878e21
2002

8b080e38437a7d7ed66a303f7cdc6b49

ce88da2869381dd6d6bf507d987a00a6
Avec Kate Moss
be1b765f92d95aa100f2c88f48393dbb
(David Bowie 1947-2016)

 

Let’s Dance .

Top 10 David Bowie Songs.

Photos et musiques libres de droit sur internet.

cropped-entete_wordpress.jpg

 

Nouvelle salle de concert en Lot-Et-Garonne

À Sainte Bazeille, Eric Ginhac, directeur artistique et régisseur général pendant plus de 25 ans sur Paris décide de mettre son expérience au profit d’un projet ambitieux :ouvrir une salle de concert en zone rurale.

C’est un projet qu’il a pu mener a bien grâce à l’aide et l’autorisation municipale du maire Gilles Lagaüzère et de son équipe. La culture a une importance primordiale, elle est notre patrimoine commun.  Ainsi il est important de noter à quel point le soutien des élus locaux est louable. Le projet apportera beaucoup de nouveautés et de dynamisme à la région.

La salle baptisée « 180 », située au château de sainte Bazeille a été inaugurée en décembre. Elle sera officiellement ouverte au public en février prochain. Nous encourageons également ce projet et espérons y voir prochainement jouer le réseau de talentueux musiciens locaux que nous possédons.

Emma Labruyère.

Retrouvez le site du domaine : ici.

location-photo-26-big

ChateauRouge47_photo-1-big

ChateauRouge47__7626-big

Photos : tous droit réservés au site du château rouge.

cropped-entete_wordpress.jpg

Nouvelle génération de production d’événements toulousain – Musique techno

À l’occasion de sa première soirée à la Dynamo en novembre dernier, l’association toulousaine Illusions a produit pour l’occasion Rafael Cerato, étoile montante de la musique électro. C’est autour d’un café que Valentin et Gabriel, deux des quatre membres de l’organisation, nous ont présenté leurs initiatives. Rencontre..

Qui est Illusions et comment a-t-elle vue le jour ?

« Nous sommes quatre membres au sein d’Illusion, Franck, Théodore et nous-même (Valentin et Gabriel), tous originaire d’Albi. C’est d’ailleurs là-bas au lycée que nous nous sommes rencontrés.

Il y a 1 an et demie, nous avons eu l’occasion d’organiser une soirée étudiante pour la Corpo Arsenal Toulouse (association étudiante de l’Université Toulouse 1 Capitole) et on peut dire que c’est à ce moment précis que tout a commencé. On a eu envie de lier nos goûts musicaux et le milieu étudiant avec des soirées accessibles. C’est de cette façon qu’a vu le jour notre premier projet Leetchi.

Nous nous sommes fait plaisir durant une année et puis nous avons eu envie d’autres choses, envie d’appuyer vraiment notre style avec un projet plus travaillé, plus mystérieux. Leetchi c’est plus local. On avait envie d’artistes venant d’autres régions ou même d’autres pays ! Nous voulions montrer un autre côté de la musique électro et techno. On a pris notre courage à deux mains et on s’est lancé en septembre dernier. Notre objectif est de permettre à des artistes venus d’ailleurs de jouer sur les scènes toulousaines ainsi que de pouvoir procurer du plaisir au public avec ces expériences sonores. D’ailleurs, Rafael Cerato est un londonien.

D’où vient le nom de votre agence « Illusions » ?

« Le côté assez mystérieux du mot Illusions nous a beaucoup plu. Nous voulions faire allusion à nos soirées que l’on veut un peu mystérieuses. Que ce soit toujours une découverte d’un autre genre pour le public.

Nous axons tout sur l’effet de l’atmosphère notamment avec nos décorations qui, de soirées en soirées, ne sont jamais les mêmes avec des univers différents. D’ailleurs, nous sommes en train de travailler avec deux amis sur un projet de vêtements intelligents pour nos événements, qui réagissent avec l’environnement. Mais nous n’en diront pas plus !

Une soirée, c’est éphémère, cela ne dure que 6 heures. Nous souhaitons que durant ces 6 heures, le public puisse en prendre plein la vue, qu’ils se retrouvent dans un monde parallèle…comme une Illusion. »

Vous êtes jeunes, débutants dans ce genre d’initiatives. Prenez-vous des conseils auprès d’autres organisations de production d’événements toulousaines ?

« On prend beaucoup de conseils d’autres organisations comme 31ème art. Nous ne sommes pas fermés, dans notre coin avec nos idées. On aime le partage, tous conseils et idées sont bons à prendre ! C’est une passion qui nous lie avant tout. Dans notre milieu, il est fondamental de se faire un réseau professionnel. Il y a d’autres personnes beaucoup plus douées que nous et on préfère les faire travailler pour des rendus beaucoup plus qualitatifs que si nous l’avions fait tous seuls. Nous nous sommes aussi rapprochés de Deepthing, Candy House Event, Diazprod Music Event avec Isabelle Garrido et Good Intention. D’ailleurs nous tenons à les remercier ainsi que toutes les autres associations de musique techno/house toulousaines pour leur soutien dans notre démarche. On se rend service mutuellement, c’est ça le partage. »

Le premier événement à La Dynamo il y a deux semaines : c’est quand même un endroit emblématique de Toulouse…

« Oui (rire). On avait la pression toute la soirée car c’était la première et qui plus est, à La Dynamo. Nous n’étions pas sûrs que cela allait marcher.

En réalité, Gabriel travaillait avec eux sur la programmation. On connaissait donc un peu le terrain, comment s’y adapter, ce qu’il fallait proposer, et de qui s’entourer aussi c’est important. La Dynamo, c’est un lieu qui a son histoire ; puisque cela devait fermer. Nous avons donc à cœur de l’investir et faire comprendre aux gens que c’est un lieu unique et emblématique de Toulouse. On se sent bien à l’intérieur, il y a une bonne ambiance, un bon public et les artistes demandent à y jouer ce qui est plutôt rare pour une scène comme celle-ci.
Nous commençons à organiser nos soirées à La Dynamo, pour l’instant, on y est bien, mais on aimerait dans le futur se tourner vers d’autres lieux. A Toulouse, il y a beaucoup de lieux assez peu exploités, des endroits un peu underground qui correspondent à notre état d’esprit. Nous sommes en recherche constante sur ce point-là afin de proposer des lieux où le public pourra se sentir bien et où nous pourrons les recevoir dans de bonnes conditions. Notre but : dénicher des lieux insolites afin de surprendre le public.

Objectif, Le Bikini ?

Le jour où on produira un événement au bikini on sera les plus heureux du monde. On est conscient qu’il y a quand même énormément de chemin à faire avant d’arriver jusque-là, puisque c’est une grande scène de la région toulousaine. Après ce n’est pas forcément un graal à atteindre, ça dépendra de ce qu’on organise aussi, selon les artistes, …

Quels sont vos prochains projets ?

« Nous avons quelques événements à venir comme pour le 18 décembre, ainsi que le 18 février. Pour notre prochaine soirée nous collaborons avec Diazprod Music Event, qui a beaucoup plus d’expérience que nous et qui a de très bons contacts. Cela nous permet aussi de prendre des conseils de personnes plus expérimentées que nous.

La tête d’affiche sera My Favorite Robot venant pour l’occasion du Canada. Nous allons donc travailler sur l’effet robot/mécanique pour le thème de la soirée. C’était Noël avant l’heure ! Nous avons une vision à court terme pour le projet qu’est Illusion, mais justement nous ne voulons pas perdre ce côté « potes » et court terme… garder tout le plaisir que cela nous procure, ce qui nous permet de se remettre en question, d’évoluer et on espère pouvoir un jour se projeter un peu plus loin. ».

1931955_10208218669329499_1410851053_n

Suivez Illusions sur Facebook et sur Youtube

Sarah M.

Programme pour le premier week-end des vacances.

Voici notre programme non exhaustif de sorties à ne pas manquer des personnes que nous soutenons dans leur projets culturels-  événements à venir en plus dans le week end.

À ce soir peut-être !

L’équipe de Triptyque Rosé.

 

TOULOUSE

Vendredi 21h : (Musique) Retrouvez la deuxième soirée de notre chère association électro locale Illusion qui se produit ce soir à la Dynamo. Au programme : GOOD INTENTION, CROBLANX, MY FAVORITE ROBOT. – 10€.

12311101_1673908122821901_4463664358025176186_n.jpg

 

AGEN

Vendredi 20h30 : (Musique) Le Grand Défi à l’Ouest. Projet de rencontre et de collaborations musicales entre des groupes locaux qui joueront devant vous au Florida pour l’événement. – Gratuit.

12345648_1020672766728defi de louest8355912652522439405_n

Vendredi 13h30-18h : (exposition) dernières heures pour voir l’exposition Rock poster art à la médiathèque Lacépède. – Gratuit.

Samedi : (exposition) 9h-12h/14h-18h. Exposition de sculpture d’Olivier Torchet. – Gratuit.

 

NÉRAC

Vendredi 20h30 : (Musique) Concert Rock du Groupe Bordelais ZuuMa. -Gratuit.

Samedi 21h30 : (Musique) Le groupe The old boys donnera un concert de reprises connues. -Gratuit.

 

BORDEAUX

Vendredi  19h30 – 23h30 : (Musique) Iboat, Concert WAX ON musique traditionnelle influencée par l’électro et le reggae. Une expérience unique, soutenue en première partie par les incontournables du reggae bordelais : Wyman Low and the Ravers – 8€ en prévente – 10€ sur place

Vendredi 19h : (Musique) Groupe Datcha Mandala. Heavy Blues-Psyché. rock inspiré directement du heavy blues des années 70 (on retrouve dans leurs morceaux la puissance de Led Zeppelin ou de Black Sabbath). Parfois plus spirituel, le groupe inscrit son esthétique musicale dans un psychédélisme mystique aux accents orientaux. On adore! – Gratuit.

Vendredi et Samedi 22h- 4h (festival) XMAS BLAST FESTIVAL – Rock Scholl Barbey. Scène Rock. 18€ samedi soir prix libre vendredi soir.

12241622_962046993868803_1102749195491417298_n.jpg

gif001

 

 

 

Retour sur le concert du groupe Ruby Cube

 

Le groupe électro pop-rock Ruby Cube s’est produit le mercredi 2 décembre 2015 à l’occasion d’un évènement organisé par Good Morning Toulouse au Connexion café. D’origine 100% toulousaine, Arthur, Joseph, Eliott, Christophe et Samson se sont livrés durant ce concert fort en sonorités rétro-pop à un public conquis, en proie à de nouvelles expériences auditives.

 

Rencontre avec les membres du groupe toulousain Ruby Cube

Comment le groupe Ruby Cube a-t-il vu le jour ?

Samson (chanteur) : « Si Arthur (batteur) et Eliott (guitariste) sont frères, je connais Joseph depuis la maternelle. De toute évidence, c’est une expérience qui a réellement débuté au collège de Blagnac lorsque l’on s’est tous trouvés entre la 4e et la 5e.

Concernant nos débuts, on a d’abord commencé par faire des reprises puis assez vite (un peu moins d’un an après) on nous a invités à faire des concerts. D’ailleurs, on s’est produits pour la première fois dans un bar qui n’existe plus aujourd’hui : c’était la Cave de la Notte rue Pargaminières en plein cœur de Toulouse. L’audience était là : on a donc commencé à composer pour élargir notre registre ».

 

Vous jouez fréquemment « Clint Eastwood » de Gorillaz, durant vos concerts. C’est à ce moment-là que vous l’avez reprise ?

Samson : « Non cette reprise on l’a travaillée en 2013. On a été les invités du Mouv’ pour une émission de radio et on nous a demandé de jouer deux morceaux que l’on avait composés et une reprise : on a alors recherché une musique qui nous plaisait et qui était à la fois assez différente de notre style, pour qu’on puisse se l’approprier ».

 

Votre style transcende plusieurs influences. Quelles sont vos inspirations musicales ?

Samson : « Je dirais spontanément les groupe britanniques Foals, Two Doors Cinema Club ou encore Metronomy. Puis même si leur style est très différent du nôtre, je citerais aussi les Arctic Monkeys. Aujourd’hui, le Hip Hop et l’électro sont très présents dans nos vies même si ces styles ne se ressentent pas non plus dans nos compositions. Tout cet éventail musical nous permet de puiser des inspirations dans la culture musicale ».

Chris : « Je pense qu’on est tous très fans de synthé qu’on retrouvait dans les vieux groupes des années 80’ et que l’on ressort malgré tout aujourd’hui sur des grosses prod’ comme Rihanna ou Kanye West. En tout cas, le gros geek de synthés du groupe c’est Joseph qui les a pratiquement tous créés ! ».

Joseph : « C’est vrai qu’on écoute plus de House et de Hip Hop que de Pop. Pour moi, il y a des références incontournables qui me donnent envie de créer de nouvelles sonorités ».

Eliott : « Je pense que certaines influences ne sont pas épuisables ; dès que l’on compose ou que l’on prépare notre set live, on a vraiment envie de retrouver certaines sonorités parce qu’on sait que c’est ce genre de choses-là qui nous font vibrer sur scène. Peu importe finalement d’être catégorisés House, Groove ou Pop, on va chercher une base rythmique que l’on aura déjà en tête et qui sera la quintessence de toutes ces influences ».

 

Et sinon, à quand une chanson française ! ?

Samson : « La question s’est en effet posée ! Le problème c’est que je ne pense pas que l’on soit prêts, c’est une vraie barrière linguistique. Une chanson en français ne sonne pas pareil qu’une chanson en anglais. La preuve ! Traduis les paroles des Beatles, ça fait peur… De toute évidence, notre groupe est fortement imprégné de musique britannique, c’est ce qui nous a donné envie de composer ».

C’est peut-être une question de temps, de maturité… Un mot français « pèse » beaucoup plus lourd qu’un mot anglais. On commencera probablement par une reprise ».

Eliott : « Composer en français, c’est essayer de se mettre au niveau de Souchon ou Gainsbourg, c’est très ambitieux ! L’absence de sens dans les paroles en français, c’est évident que ça ne passe pas, alors que la langue anglaise est beaucoup plus chantée, le sens n’est pas toujours nécessaire ».

 

Avez-vous un rituel de motivation avant d’aller sur scène ?

Samson : « On en a eu plusieurs mais surtout quand lorsqu’on est en tournée et que nos copines, nos amis ou notre famille ne sont pas dans le public. Si on le fait c’est à la fois pour se concentrer, se détendre, et canaliser les énergies avant de tout donner avant le concert. Ici à Toulouse, on s’est simplement retrouvés 10 minutes avant de monter sur scène autour d’un verre ».

 

A propos du clip que vous avez tourné en 2013 sur la musique « Appollo », le scénario est à la fois extravagant et très travaillé. D’où vous est venue l’idée ?

Samson : «  Au risque de décevoir, nous avons un label à Paris qui nous a proposé de travailler avec un réalisateur qui était aux Etats-Unis. Il nous a présenté un scénario qui nous a plu. Pour le coup, on a prêté notre chanson à quelqu’un qui a fait sa propre vidéo. Malgré tout, on a modifié en substance le scénario, notamment en ce qui concerne la fin du clip qui apporte un second degré ; ça nous ressemble d’une certaine façon ».

Eliott : « C’est-à-dire qu’à ce moment-là, on n’avait pas beaucoup de temps à consacrer au groupe étant donné qu’on avait chacun nos études en parallèle. Avant ce premier clip, on avait un projet originel de clip qui était, finalement, trop ambitieux et qui n’a pas abouti ».

 

Une ville dans le Sud-Ouest ?

Samson : «  Saint Jory (Toulouse-Nord) ! C’est l’endroit où habite Eliott : c’est dans sa maison que notre groupe a pris naissance car on a commencé à répéter et composer dans son garage »

Mais pour une adresse sympa, on recommande le « Dada bar » du côté d’Arnaud Bernard qui a ouvert il y a un an.

 

Quels seront vos prochains projets ?

Chris : « Le clip qui est en cours de tournage va être très différent du précédent. On le prépare à 100% en collaboration avec un réalisateur et ça sera vraiment quelque chose qui nous ressemble ».

Samson : « On collabore aussi avec Boussole Records, un label électro toulousain récent qui s’est proposé pour remixer certaines de nos compositions. Mais ce n’est encore qu’un projet à concrétiser ».

 

Suivez Ruby Cube sur facebook

Nicolas T.

Crédits photo GoodMorningToulouse

10

01

04

02

03

06

08

13

12

cropped-entete_wordpress.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La photographe qui monte : Alice Lévêque

Née en 1993 en région parisienne, Alice Lévêque quitte la France enfant et part en Afrique puis à Mayotte, pendant 12 ans.

A la croisée des chemins de la couleur et de la matière, elle s’est découvert un grand talent de photographe qu’elle a perfectionné à l’ETPA (Ecole supérieure de photographie et de game design) à Toulouse. Elle est lauréate cette année 2015 du Grand Prix de l’école. On retrouve dans sa dernière série « Albinos » la dualité entre les techniques photographiques d’effacement et la mise en relief de la présence physique du modèle. Dans le cadre du festival AUZ’ARTS à Toulouse, Triptyque Rosé est parti à sa rencontre.

 

Bonjour Alice, peux-tu nous parler de tes inspirations artistiques ?

Je dois dire que le champ de mes inspirations est assez vaste. J’appréhende un univers varié dans le sens où j’aime autant la photographie de mode que le portrait. Mais j’apprécie tout autant les photos de reportage.

De toute évidence, ces inspirations se retrouvent dans mon travail ; on y pressent l’osmose de la matière et de la couleur dans son côté le plus « mousseux » si je puis dire. Tous ces univers me parlent beaucoup mais cela ne m’empêche pas de m’intéresser à la photographie classique, notamment à des photographes de renom comme Josef Koudelka ou encore Bruno Boudjelal qui a reçu cette année le Prix Nadar [Le Prix Nadar est organisé et décerné chaque année, depuis 1955, par l’association Gens d’images. Il récompense un livre de photographie publié entre novembre 2014 et octobre 2015, ndlr] chez qui je retrouve ce grand travail sur les couleurs et la matière.

 

Y a-t-il eu une rencontre qui a tout changé ?

Très spontanément, sans dire pour autant que ça a tout changé, je dirais Jean-Christian Bourcart, un photographe new-yorkais. C’était dans le cadre d’une intervention professionnelle à l’ETPA. Il nous avait demandé de faire chaque jour des photos en fonction de thèmes prédéfinis ; et jamais personne ne m’a autant poussée dans mes retranchements, forcée à faire des choses que je n’avais jamais eu envie de faire. C’est à la suite de ce travail que j’ai mis au jour ma série « Petite » qui a été un travail profond, charnière entre intime et violence.

 

Il parait que… pour faire de bonnes photos, il suffit d’avoir un appareil à 10 000€ !

(rire) Et bien pour commencer, je dirai que le mien est moins cher ! Et puis, je ne suis pas d’accord, car je peux quand même faire de très bonnes photos avec mon portable (qui ne me quitte jamais) ; un appareil assez cher permet en fait d’avoir un bon capteur pour pouvoir agrandir la photographie en premier lieu, et d’avoir une qualité d’image irréprochable ; mais il n’empêche qu’on peut toujours faire une image médiocre mais de très bonne qualité ! L’un n’empêche pas l’autre…

 

Tu ne te sépares jamais de… ?

Je l’admets… je ne peux pas me séparer de mon portable !

C’est vrai que je suis très active sur les réseaux sociaux, j’aime beaucoup les nouveaux médias. De nos jours, on a tous à notre disposition des moyens de communiquer très avantageux pour avoir une visibilité et il me semble vraiment important de savoir véhiculer des messages à travers ces nouveaux médias.

 

Ta ville dans le Sud Ouest ?

Je n’ai pas vraiment de « ville de cœur ». J’ai grandi hors métropole, j’ai passé mon bac à Agen, puis j’ai étudié à l’ETPA de Toulouse. Je suis de nature très vagabonde…

 

A ce propos, quels sont tes projets

Je participe à la résidence photographique « 1+2 » à Bruxelles durant les six premières semaines de 2016 créée à l’initiative de Philippe Guionie. Le « 1 », c’est un photographe de renommée internationale qui va poser sur Toulouse un regard neuf, brut, sans concession. Les « 2 » ce sont deux jeunes photographes moins aguerris dont l’un est de Toulouse.

J’exposerai par la suite ici même, à Toulouse, durant l’été 2016 et un projet d’édition est en cours, mais je ne peux pas en dire plus…

 

Nicolas T.

Visitez son site ici ou suivez son facebook ici

Retrouvez Alice le samedi 5 décembre 2015 à 19H, à la Galerie ZunZùn (27 rue Palaprat, Toulouse) : trois de ses séries seront projetées avec entre chaque, un temps réservé à la parole et aux échanges.

Aussi, l’exposition de la série « Petite » sur les murs du laboratoire Photon (Toulouse) est prolongée, n’hésitez pas à y passer en semaine !

AlbinosAliceLeveque-4-705x705

PetiteAliceLeveque-4-687x1030AcceuilAliceLevequeTRIPTIK1cropped-entete_wordpress.jpg

Collaboration Pop entre Boudro et la galerie Next – Toulouse

Il ne reste que quelques jours pour aller voir l’exposition  »BIG APPLE  »  de l’artiste pop art Boudro à la galerie Next de Toulouse. Ainsi Triptyque Rosé prend le parti de relayer l’information après avoir participé au véritable succès du vernissage début novembre.

  • Rencontre avec un artiste de talent.

La travail de l’artiste Boudro est empreint d’un univers POP Américain des années Warhol. C’est ludique, créatif et coloré, à l’image des icônes du mouvement Pop Art et de la ville de New York City!

Originaire du Québec, Boudro a commencé à peindre en 1984, mais c’est seulement en 1985, année du décès d’Andy Warhol, qu’il entame un voyage à New York qui s’avèrera être une véritable passion pour lui.  Il travaillera d’abord sur les paysages et les décors de la ville ; c’est seulement plus récemment que l’on retrouvera dans ses œuvres l’apparition des supers héros de Marvel et des « Américan comics ».

« New York un jour, New York toujours », tel serait l’hymne de l’artiste international qu’est Boudro. N’y ayant pourtant jamais vécu, Boudro aime se perdre dans la  »BIG APPLE » 3 ou 4 fois par an, pour y trouver ses inspirations.

Les Toiles rondes sont un clin d’œil aux capsules de Coca-cola. Le puzzle est sa pièce par excellence, une forme qu’il créa lui même sur un support qui lui est propre : le bois. Pour les 10 ans de l’anniversaire des  attentats de NY qui l’ont beaucoup ému il créa d’ailleurs un puzzle en collaboration avec un autre artiste Canadien  »Piece of love ». C’est pour lui l’idée que NY doit se reconstruire, mais aussi, qu’un puzzle est l’allégorie de la complexité. C’est le sentiment d’un monde qui ne sera plus jamais comme avant, dans ce qu’il a de plus trouble. Il va falloir alors, composer, recoller et rassembler des pièces, un puzzle. Enfin par rapport à sa série sur les timbres, il nous dit avoir fait le rapprochement sur les gens qui collectionnent des timbres et ceux qui collectionnent des œuvres d’art. Alors pourquoi ne pas collectionner les deux ? Il travaille d’ailleurs actuellement sur un projet de tableaux fabriqués en série sur le thème des timbres qui démarrera à partir de la date de naissance du grand Keith Haring.

Boudro, artiste plein d’humour et de références, n’en a pas moins un talent démesuré. Alors que nombre de ses clients se demandaient s’il travaillait aux pochoirs, le BoudroStudio a eu la brillante idée de filmer par étapes la création d’une de ses œuvres (en l’occurrence, Spider-Man). Il faut le voir pour le croire, ses œuvres sont d’une précision irréprochable. La finesse du trait et la puissance des couleurs révèlent un maître de la technique d’acrylique sur bois.

  • Collaboration entre la galerie et l’artiste.

Pour inaugurer la collaboration de l’artiste international avec la galerie Next pop, Boudro a peint le Mickey aux couleurs du Stade Toulousain, ce qui ne saurait déplaire aux fétichistes de la ville Rose. Ses agents internationaux  Odile Gorse et Ghenadie Burlacu, fondateurs de la société G&O art, avaient fait le déplacement de NY spécialement pour l’événement. Ils se disent très satisfaits de la collaboration. Pour eux l’important est de trouver des galeries représentatives du travail de leurs artistes. La Galerie Next étant uniquement spécialisée dans le Pop art permet ainsi d’accueillir un public particulier et d’accueillir ds artistes d’exceptions.

Pour plus d’informations suivez le sur son site officiel et sa page facebook.

Retrouvez toutes les informations de la galeries ici et ici.

Le site officiel de ses agents ici.

Nicolas Tourenne.

Emma Labruyere.

IMG_5266IMG_5220IMG_5278IMG_5225IMG_5150IMG_5265IMG_5168IMG_5147IMG_5196.JPGIMG_5258IMG_5275IMG_5262IMG_5160IMG_5240IMG_5152IMG_5259IMG_5144IMG_5156IMG_5140IMG_5162IMG_5206IMG_5267IMG_5279IMG_5287

Photos tous droits réservés @EmmaLabruyere et @TriptyqueRosé

cropped-entete_wordpress.jpg

Carte blanche à l’occasion de l’ÉLECTRO ROCK – TOURS d’Ez3kiel.

À l’occasion de leur dernier album  »Lux » et de leur – ÉLECTRO ROCK – TOURS, le groupe français Ez3kiel nous a donné un spectacle mémorable ce mois ci à Agen !

En effet, entre le Florida d’Agen et le groupe, c’est une histoire artistique qui dure. Cela ferait plus de 20 ans qu’ils collaborent sur des projets ponctuels. Et ce soir là, l’association Lot-et-Garonnaise de musique amplifiée donnait carte blanche aux artistes en recevant ces derniers comme chez eux, ne décevant pas leurs hôtes.

Propos recueillis sur le vif par notre envoyée de mission, Samantha Frieds :

Camille. F : « C’était trop, trop bien ! Lourd et profond. »

Jack :  » Que ce soit la musique ou la lumière, c’est transcendant. »

Célia : « J’ai adoré! Ez3kiel sont prodigieux! Et le batteur est génial. Mais je regrette qu’ils n’aient pas joué une ou deux chansons de « Naphtaline » qui ont fait leur succès. »

Simon : « C’était massif ! Un sacré éclairage. »

Thomas : « C’était puissant. Les basses étaient vraiment bonnes. Et le batteur était hyper carré. Respect ! »

Léo.T : « Magnifique ! Un show et des lumières incroyables, il faut le voir pour le croire. Ainsi qu’une unité fabuleuse, ce sont des chefs ! C’est juste un bloc ! Sans le côté négatif. Ils ont une cohérence incroyable. »

Lulu : « Onctueux, onduleux et fatal ! »

Pablo : « Bien comme toujours, mais j’ai moins badé que la dernière fois »

Sybille : « J’ai trouvé ça chouette! »

Cyril : « Super, j’ai pris beaucoup de plaisir à regarder l’éclairage, le jeu des lumières et puis la musique était vraiment entrainante. »

Manon F : « Je n’ai pas trouvé les deux premiers groupes super, surtout celui qui faisait des bruits bizarres avec sa guitare. Cela me rappelait le film Shining. Mais après c’était super, plutôt original et les décors étaient sympa aussi. »

Manon T : « C’était vraiment super, surtout les lumières qui étaient assez incroyables ! L’ambiance était au rendez-vous, comme toujours au Florida. J’ai été très agréablement surprise par la musique, bien que je ne connaissais pas avant de venir. Le spectacle était tout bonnement génial. »

Lili : « Une bonne harmonie, de la musique et du son à couper le souffle, merci ! »

Clément :  « Agréable ! Et puis le spectacle d’EZ3kiel met en valeur ma Margot. »

« En effet, il y a eu du monde au Florida ce soir là. Mais ce qui fut à la fois le plus surprenant et aussi le plus plaisant, c’est ce mélange intergénérationnel permettant une réjouissante et intéressante association de personnes. Des associations quelquefois surprenantes qui, avant le concert, m’auraient parue invraisemblables. À la fin du concert, sortant de la salle et encore sous le charme, les premiers mots qui me sont venus pour le décrire étaient les suivants : « C’est magnifique. Tout est envoutant, la musique, les lumières, les artistes, les réactions du public. C’était un moment merveilleux. EZ3kiel, c’est magique.

Pour clore le tout, je préciserais simplement qu’à la manière d’un twist final, ou d’un prestidigitateur, EZ3kiel parvient à allier profondeur, envoutement, convivialité et magie. EZ3kiel c’est une osmose à écouter mais surtout à voir !  » Samantha Frieds, chargée de mission pour Triptyque Rosé.

Suivez leur tournée !

_IGP3508

_IGP3506222

_IGP3446

_IGP3392

_IGP34923333

_IGP3374

_IGP3281

_IGP3356

_IGP34893"3

_IGP3390

_IGP3483

_IGP3265-3

_IGP3279

_IGP3282

_IGP3246

_IGP3251

_IGP3507

Photos : tous droits réservés à @SamanthaFrieds et @TriptyqueRosé

cropped-entete_wordpress.jpg

Olivier Valsecchi pour Triptyque Rosé

Né en 1979 à Paris, photographe autodidacte, traducteur et écrivain de première formation, il a étudié durant deux années à l’ETPA (Ecole Supérieure de Photographie et de Game Design) de Toulouse où il reçoit le Grand Prix de Photographie en juin 2009. Rencontre avec l’artiste.

Lire la Suite...

Ne me dites plus qu’il n y a rien à faire sur Agen : programme !

Parce que non, il n y a pas rien à faire à Agen. Lors d’une soirée organisée au Florida, pas plus tard que la semaine dernière, depuis le trottoir, en interpellant les passants, nous avons pu constater que tout le monde se rendait vers le  »QG » .. bar populaire d’Agen. Alors même s’ils ont bien fait d’appeler cet endroit ainsi car, c’est vrai qu’il y a un attroupement fou de population du jeudi au samedi soir, on se permet de vous dire qu’il y a tellement plus de choses à faire.

On vous a préparé un programme agenais. Et à la fin de l’article vous ne direz plus jamais qu’il n y a rien à faire ici, parce que vous ne serez sûrement pas en mesure d’enchainer toutes ces sorties culturelles. Prenez du plaisir !

Mercredi 4 novembre

21h : Concert de Macéo Parker, All that Jazz au Cap’ cinéma d’Agen. Même si l’événement est complet actuellement, un de nos lecteur nous a rappelé l’importance de souligner la venue de ce grand saxophoniste. Une belle initiative et un projet que vous pouvez suivre sur All that jazz.

Vendredi 6 novembre

18h30: Vernissage de l’expo « Rock Poster Art » à la Médiathèque Lacépède d’Agen.

21h-00h : Concert Ez3kiel au Florida à Agen ! On vous recommande vivement cette expérience auditive qui nous a laissé un souvenir mémorable. Ce groupe est un chef d’œuvre !

22h-02h : « Road House » soirée électro au Bocca ! Autre ambiance qui fait sa première dans la paysage du son rock agenais habituel.

Samedi 7 novembre

17h30-23h : début du festival cinéma et musique au cinéma  »Les Montreurs d’Images » à Agen.

DL958090647590496_4973008242401739669_n

Mardi 10 novembre : le lendemain, c’est férié et ce soir là il y a plein de choses de prévues. C’est la soirée dilemme pour laquelle on a retenu trois événements supers ! Évidemment, vous devrez choisir..

18h30 : Soirée organisée par le noyau où vous pourrez découvrir les musiciens L‘Oeillère + Probosci.

20h30 : Shelters revient sur la scène avec un concert au Théâtre Ducourneau à Agen où il jouera avec la classe de CHAM du collège Ducos du Hauron. Un concert qui promet de belles surprises avec de nouveaux titres à découvrir ce soir là. Réservations conseillées.

Léo en concert avec les Shelters

shelter77728854_4179235493297631886_n

ou

La Soirée « Voix de Femmes » organisée dans le cadre du Festival « cinéma et musique » 2015 aux Montreurs d’Images.

20h15: concert du très prometteur groupe agenais Yemoja. Entrée libre sans réservation. Juste après il y aura une diffusion d’un film sur Janis Joplin fortement conseillée.

YEMOJA4627170_1908818246422301557_o

entete_wordpress

Emma. L

Rencontre Rock avec Cranks

Jeudi dernier, lors de la quatrième édition de la tournée, le jeune groupe landais a particulièrement retenu notre attention. C’était le troisième soir d’une semaine de cinq concerts, sur la mythique scène agenaise  »Le Florida ».  Énergiques, dynamiques et talentueux, il n’en faut pas plus pour les décrire:  les Cranks savent donner de l’âme à la scène. Menés par Kelly, le chanteur, le groupe donne un spectacle qui conquit le public très éclectique dans ce genre de soirée. Ce dernier joue très bien son rôle, bouge partout, fait du air guitar et entraine les autres membres dans la même énergie. Leur look est dément et leur musique, une invitation au rock.

Ce sont de vrais talents à écouter et à voir absolument sur scène !

Ils ont répondu pour nous avec humour à une interview.

Les débuts, comment ça a commencé…

Le groupe a été créé en 2010 par les deux frères Lucas et Mathieu, guitaristes. Il se sont entourés d’amis du collège, Kelly au chant et Hugues à la batterie. À l’époque Lucas avait 13 ans et Mathieu 16ans. Gilen a intégré le groupe il y a 2 mois seulement à la basse.

Chacun explique ses débuts:

-Hugues :  »J’ai toujours voulu faire de la batterie, depuis tout petit déjà j’allais voir des concerts avec mes parents.. ça m’a encouragé à avoir ma première batterie rapidement. C’est certainement de là que vient cette envie ».
-Kelly :  »
Pour moi, c’est arrivé la jour où on m’a demandé de chanter. J’ai pris le micro et j’ai gueuler, jusqu’à savoir correctement chanter ! (rires) »

Mathieu:   »Mon frère et moi avons attrapés une guitare et repris le riff de Hells Hells à l’oreille, puis on a voulu monter un groupe. »

-Gilen:  »Je suis arrivé dans le groupe il y a 2 mois. A la base, je suis guitariste (depuis 4 ans!), et quand on m’a proposé de participer à l’audition, j’ai accepté sans imaginer que je serais retenu. J’ai appris la basse sur le tas avec ce que j’avais d’expérience en guitare! »
-Lucas: »
Mon père jouait de la guitare quand j’étais petit et je trouvais ça génial. Puis un jour, j’ai écouté un solo de guitare de Dave Murray, guitariste de Iron Maiden, et je me suis dis :“Je veux faire la même chose’‘.

Une rencontre qui a tout changé…

-Hugues:  »Franky Costanza de Dagoba ! Grâce à qui j’ai eu le déclic de bosser à fond la batterie, dans l’espoir d’avoir, un jour le même niveau ! J’ai eu l’occasion de lui dire en vrai, c’était génial !  »

– Kelly:  »Je dirais la rencontre des membres fondateurs du groupe au collège, Mathieu, Lucas, Hugues et moi sans laquelle il n y aurait pas de groupe’‘.


– Mathieu:  »
Nono Krief de trust, une vraie inspiration ».

-Gilen:  »Ma rencontre avec Cranks, clairement, au concert à la Riff Asso d’Isturitz… on s’y est revu plusieurs fois et je fais partie du groupe désormais (rires) ».

-Lucas:  » La rencontre avec Hugues et Kelly au collège ».

Vos inspirations…

-Hugues:  »Cela va de Iron Maiden, Steel Panther, Enforcer.. jusqu’a  Tagada Jones, Children Of Bodom, Gojira, Dagoba  »
– Kelly:  »
Principalement Iron Maiden – Black Sabbath – AC/DC – Skidrow  ».
– Mathieu:  »
Une grande influence de AC/DC, Iron Maiden et Megadeth »
-Gilen:  »Oula! quelle question.. Ca va du heavy, de la NWOBHM au death old school floridien, en passant par le black suédois et le thrash américain (Exodus attack!) Mais en matière de heavy, surtout des groupes comme Iron Maiden, Judas Priest, Tokyo Blade, Random Black, Cloven Hoof ou Crucifixion. »

-Lucas:  » Je suis inspiré par les premiers: les Guns and Roses, AC/DC, Iron Maiden et tous les grands noms du rock ».

Votre ville préférée dans le Sud-Ouest ?

Les cinq membres du groupes répondent en cœur  » Bayonne » et Gilen en profite pour passer un petit message chez lui :  »Agur on bat Baionnako jendeei  ». VOSTFR : (Bonjour à tous ceux de Bayonne ! )

Spécialité locale préférée..

-Hugues:  »Pizza !! Hahaha » …Non Hugues ça c’est pas local .. désolée il avait faim!  » plus local euh, le foie gras !!  »
– Kelly:  »
Le pâté, le foie gras et tout ce qui fait grossir. Haha ! »
– Mathieu:  »
Le Jambon!’

-Gilen:  »Euh… Les talo haha! » 

-Lucas:  »La Chocolatine !!!  » Merci Lucas parce que c’est vrai, les chocolatines c’est bien meilleur que les pains au chocolat !

Leur top des adresses dans le sud-ouest…

Riff Isturitz :  »on y va pour voir des concerts, boire des verres entre amis. C’est l’endroit métal à connaitre et le lieu où l’on a rencontré Gilen ».

La Pétrolette à Bayonne, un Bar ambiance Rock.

Viandas de Salamanca à Bayonne, Boucherie Jambon Ibérico.

Atabal à Biarritz qui est une salle de concert. 

 Le Cafe Music à Mont de Marsan, pour ceux que aiment autre chose que le métal.

Vos prochains projets…

Avec un premier CD live enregistré à Soustons (40) disponible, les Cranks prévoit une longue série de concerts.

Hugues:  »Finir les études et m’investir à fond dans la groupe pour essayer d’en vivre ! »
– Kelly:  »
Commencer à tourner partout pour peut-être devenir le prochain grand groupe de Metal ! »
– Mathieu:  »
Tourner le plus possible avec le groupe »

-Gilen:  »Finir les études… Et faire un max de bruit avec Cranks!! »

– Lucas: ‘‘Essayer de faire perdurer ce que les grands groupes ont fait avant nous. »

Retrouvez les sur facebook et Youtube

unnamed IMG_4368 IMG_4338 IMG_4326 IMG_4321 IMG_4314 IMG_4310 IMG_4306 IMG_4301 IMG_4290 IMG_4283 IMG_4262 IMG_4256 IMG_4252 IMG_4250 IMG_4232 IMG_4235 IMG_4241 IMG_4244 IMG_4248 IMG_4226 IMG_4207 IMG_4201 IMG_4190 IMG_4188 IMG_4157 IMG_4168 IMG_4171 IMG_4178 IMG_4182 IMG_4150 IMG_4147 IMG_4146 IMG_4128 IMG_4123 IMG_4111

IMG_4334 cropped-entete_wordpress1.jpgPar @Emma Labruyere.

Retour sur L’apéro Hardcore – Agen

Ce week-end l’association agenaise Abridgebetween a encore satisfait son public dans sa troisième édition de l’apéro Hardcore. Cette année le programme était riche avec en plus des activités proposées l’an dernier, deux nouveautés :  un groupe à découvrir sur la scène du Florida pour clôturer la soirée en beauté, et une première avec une masterclass chant l’après-midi. Le programme s’est déroulé de 14h à minuit avec une entrée unique à 2€ au Florida à Agen.

L’édition hardcore nous a emporté dans l’univers du métal, nous proposant une initiation à la rencontre du son avec l’open studio. Ce système, très bien pensé, vous permettait d’aller et venir librement, d’écouter et de découvrir les groupes, les ambiances. À vous de jauger votre niveau de réceptivité au screaming !

Pendant ce temps, le bar associatif de l’ADEM Florida restait ouvert avec des animations  »beer-pong » et la diffusion de clips de métal sur grand écran.

Enfin, à partir de 23h nous avons pu assister à un concert de qualité donné par le groupe de métal core Italien The end at the Beginning. Une prestation assez incroyable où le chanteur est descendu  »jumper » dans la fausse avec son public, preuve qu’ici l’ambiance est toute aussi bonne que la qualité des prestations.

Merci à David Chevallot  et Waness Schepens fondateurs de l’association et du projet !

IMG_4501 IMG_4512 IMG_4531 IMG_4598 IMG_4601 IMG_4622 IMG_4645 IMG_4658 IMG_4664 IMG_4675 IMG_4679 IMG_4693 IMG_4700 IMG_4725 IMG_4727 IMG_4731 IMG_4732 IMG_4733 IMG_4734 IMG_4761 IMG_4764 IMG_4772 IMG_4782 IMG_4788 IMG_4801 IMG_4803 IMG_4832 IMG_4843 IMG_4847 IMG_4857 IMG_4870 IMG_4878 IMG_4887 IMG_4906 IMG_4916cropped-entete_wordpress1.jpg

Emma Labruyere.

ArielAriel nous emporte.

Rencontre avec Ariel Ariel.

Pour eux la musique est une esthétique globale qui passe par une démarche de tolérance et de passion. Ce soir nous rencontrons ArielAriel, musiciens  de talents !  Regard croisé sur le duo de choc Blandine et Ariel.

Les débuts…

Le groupe a été créé il y a 8 mois par Ariel Tintar, membre du célèbre groupe Bordelais Pendentif qui sort d’ailleurs un prochain album. Il a fondé ce groupe avec Blandine également à la tête de Sahara et très vite Louis a rejoint le projet à la basse et Swann à la batterie.

 »J’ai rejoint pendentif en cours de route il y a quelques années et il y a 8 mois j’ai voulu lancer mon projet.  J’ai voulu moins m’investir créativement dans le dernier album de pendentif pour me concentrer sur mes projets. Je sentais que c’était le moment de me chercher musicalement et artistiquement’‘.

Nous sommes allés sur ton soundcloud, il n y a qu’un titre disponible…  »Oui, c’est un choix. J’aime prendre mon temps pour présenter des projets dont je suis fier. Sur scène, je teste et pour les enregistrements j’avance à mon rythme.  »

Une rencontre qui a tout changé…

 »Blandine, ma chanteuse. Clairement, je l’ai traquée, j’allais voir ses concerts et dès que j’ai su que son groupe s’arrêtait j’ai sauté sur l’occasion. Ça à tout de suite collé. On est très complémentaires dans la musique, même si ça reste mon projet elle est toujours là pour me conseiller et apporter des modifications. Si je suis à l’initiative, elle reste un complément essentiel »

Vos inspirations…

Ariel :  » Nous sommes principalement influencés par la pop et la musique actuelle. Mais on essaie aussi d’intégrer la musique du monde avec mes origines créoles que je redécouvre grâce à ce projet plus personnel. J’aime citer Aimé Césaire qui disais que l’on vis à travers la culture européenne, que la culture Créole n’existe pas et doit naitre. Je dirais qu’il y a aussi une influence rock par notre culture européenne. On est un vrai meltingpot  »

Blandine :  » j’essaie d’amener Ariel vers ses origines car son projet part d’une démarche de recherche intérieure. On essaie de faire quelque choses d’actuel, de représentatif de la mixité de notre société. On ne s’interdit pas grand chose même si on garde des dominantes pop ».  »Pour nous la musique est une esthétique globale qui passe autant par la danse que par les vêtements ou même par les engagements, les messages qu’on véhicule. »

Rituels…

Blandine:  »Avant les concerts j’ai besoin de m’étirer, d’énergiser mon corps, c’est un truc qui me vient de ma mère qui est professeur de danse. Je peux pas faire de concert sans »

Ariel :  » Pareil, c’est pour ça que c’est ma rencontre, je ne peux plus faire de concert sans étirements. Enfin moi c’est pire je suis tellement raide que c’est de la conscience de corps ».

Cliché.. Il parait que les musiciens sont de gros fêtards et vous? … 

Ariel :  »Oui, c’est un cliché mais c’est vrai, la scène c’est pour prendre du plaisir et faire la fête ».

Blandine:  »cliché avéré ».

Cliché censuré ! ahah on a bien rigolé sur ce passage de l’interview …

Ville préférée dans le Sud-Ouest…

Ariel :  »Bordeaux c’est le seule ville que je connaisse vraiment et je m’y sens bien!  »

Blandine :  »J’aime beaucoup Guéthary »

Spécialité du Sud-Ouest préférée…

Ariel :  »Le Foie Gras, désolé pour Blandine qui est végétarienne – hipster (rires) »

Blandine :  »Le vin des Graves, le vin Bordelais y a que ça qui se boit, même à Paris je demande ça (rires) ».

Spots préférés dans le Sud ouest…

Blandine :  » La région de Saint-Jean-de-Luz pour faire du camping sauvage, près des falaises d’Irun … »

Ariel :  » Un thé à la menthe au début de l’été dans le quartier Saint Michel à Bordeaux, mon quartier préféré, au salon de thé Au bout du monde ».

Blandine :  » La Guinguette chez Alriq à Bordeaux, Rive droite, un bar chaleureux qui fait passer beaucoup de groupes de world musique avec une vue incroyable sur Bordeaux depuis les quais »

Ariel :  » C’est cliché, mais aller au cap ferret en mars quand il n y a pas trop de monde ».

Blandine :  »Le marché des capucins à bordeaux, passage obligatoire ».

Prochains projets …

Il y a un clip à venir et un EP en vu avant l’été 2016.

Et notre but reste de créer un collectif pour promouvoir notre propre manière de voir la musique, de faire des événements.

Merci pour tout ArielAriel !

Écoutez les : https://soundcloud.com/arielariel

Follow on facebook : https://www.facebook.com/ArielArielmusic?fref=ts

IMG_3877 IMG_4036 IMG_3887 IMG_3914 IMG_3943 IMG_3947 IMG_3949 IMG_3970 IMG_3959 IMG_3977 IMG_3982 IMG_4022 IMG_4033 IMG_4041 IMG_4395cropped-entete_wordpress1.jpg

RAVAGES À « LA GALERIE A7 » – AGEN

L’artiste peintre Laëtitia Lanic, artiste associée de l’Atelier Galerie A7, situé au22 rue Richard Coeur de Lion à Agen, présente une grande partie de ses oeuvres, lors de l’exposition RAVAGES qui débute le vendredi 9 octobre et se déroule jusqu’au 5 novembre. Depuis de nombreuses années, Laëtitia Lanic mène une recherche sur les matériaux et les procédés de la peinture. Elle s’est inspirée de la technique «a tempera» pour chercher la lumière, dans la transparence des glacis.

Lire plus

Les 7 pécheresses et les 7 vertueuses – ARTICLE DE DESCIPTION D’OEUVRE POUR TRIPTYQUE ROSÉ PAR EMMA LABRUYERE .

saoca9tmf1

Une expérience découverte au centre Pompidou en janvier 2017 que je partage avec vous. Il s’agit d’une œuvre issue du projet « AES + F « nommée « les sept pécheresses et les sept vertueuses » mettant en scène 7 portraits de jeunes adolescentes qui ont toutes commis un crime et 7 adolescentes qui sont scolarisées dans un lycée privé prestigieux.

L’œuvre questionne sur le bien et le mal et notre faculté à juger.

Face à l’installation, le spectateur se trouve devant 14 portraits de jeunes filles dont il a pour seule information extérieure les faits que je viens de vous rappeler, mis en description de l’oeuvre : 7 criminelles, 7 enfants modèles. S’en suit alors l’information visuelle. Devant lui, 14 jeunes filles du même âge semble-t-il, habillées toutes d’un sweat-shirt de lycéen de couleur à logo avec une sophistication minimale laissant apparaitre la peau nue de maquillage, les rougeurs et imperfections de l’âge, et le chevelure décoiffée.

La première envie de chacun est alors de trouver quelles sont les criminelles parmi les 14 jeunes filles. Le spectateur scrute les détails qui les différencient, écartant les filles qui sourient, celles dont la peau est plus nette ou les dents plus blanches, celles qui paraissent plus jeunes … Puis ce qui les rassemblent regroupant les sweat-shirts de couleurs criardes ensemble, les logos (…) pour essayer de les repartir en deux groupes. Finalement la plus jeune a le même sweat-shirt que la moins souriante. Rien ne nous permet alors de les distinguer, ce sont des jeunes filles du même âge avec la même apparence. Incapable de faire la différence, toutes ont alors un air de coupable aux yeux du spectateur, cela pourrait être chacune d’elles. L’artiste dénonce exactement ceci.

Dans une époque où l’image est centrale, dans une époque de systématisation de la justice, il dénonce le délit de faciès et le manque de détachement face à une situation où l’Humain devrait être central et la présomption d’innocence devrait régner.

L’Œuvre est réalisée en 1991 dans la période post soviétique mais elle est exposée actuellement.

Je vous laisse donc faire le parallèle de cette œuvre avec ce que Jacques Toubon, notre défenseur des droits, appelle l’ère des suspects (l’état d’urgence).

Bien qu’elle ait été réalisée pendant la période post URSS la comparaison n’est pas inutile.

Emma Labruyere.

Programme culturel d’Avril Mai sur Bordeaux –

L’équipe de Triptyque Rosé vous réserve son programme culturel du mois d’avril-mai. Vous retrouverez ici tous nos meilleurs événements, ce à ne pas rater selon nous.

  • Expositions

Les Frissons de la Hammer : Exposition sur l’art de l’affiche dans le cinéma fantastique britannique (1955-1976) – à la Bibliothèque Mériadeck – Jusqu’au samedi 3 juin 2017 – GRATUIT.

Ewa Hauton : Exposition de peinture. Directeur Artistique en Publicité, depuis plus de 10 ans, elle se consacre uniquement à la peinture. Sa rencontre avec une chorégraphe déterminera l’orientation de ses oeuvres vers le mouvement, comme représentation profonde de vie – Bouillon d’art 37 rue Bouffard 33000 Bordeaux – Jusqu’au 6 mai – GRATUIT

Bistro ! De Baudelaire à Picasso : exposition de peinture à la cité du vin – jusqu’au 21 juin – GRATUIT pour les étudiants, 8€ billet seul sans réduction.

Nobody knew you’re dog : Exposition de Romain Tardy – L’ensemble des pièces présentées au sein de la Base sous-marine proposent une réflexion sur notre époque numérisée, par le biais d’une mise en scène de la friction entre immatériel numérique et présence du monde physique – Base sous marine de Bordeaux –  jusqu’au 21 mai – 3€ tarif réduit, 5€ plein tarif, gratuit le 1er dimanche du mois. 

BEAU GESTE PRESS : exposition au CAPC Bordeaux – Jusqu’au 28 mai – 4€ tarif réduit, 7€ plein tarif – Histoire de la maison d’édition indépendante mexicaine Beau Geste Press (BGP) que l’on peut revivre à travers l’exposition.

 

  • Musique

DJ SET Nous étions deux / Heureux Heureuses : Entrées libres – Caserne Niel le 19 avril – 18h à minuit. 

La Hors Bord Festival : Du 18 au 21 mai – Bassins à flot – Dalle du Pertuis Cours Henri Brunet 33 300 Bordeaux – à partir de 31€ – toutes les informations sur le lien.

La liste de tous les concerts sur bordeaux au mois d’avril en cliquant sur le lien:  ici. 

  • Evénements Culturels

Défilé au musée des beaux art : ce soir – Le jeudi 13 avril 2017 à 18h30 – Bordeaux au musée des beaux arts. GRATUIT.

La kilo troc party : le 15 avril – La halle de douves à Bordeaux

Conférence sur Le Corbusier : Jeudi 27 avril  19h – Athénée municipal – GRATUIT pour les étudiants, 3€ pour les adhérents, 6€ pour les non adhérents.

Conférence sur le thème « la prostitution dans l’oeil du peintre au XIX° siècle » : Jeudi 18 mai 19h – Athénée municipal – GRATUIT pour les étudiants, 3€ pour les adhérents, 6€ pour les non adhérents.

La liste complète des pièces de théâtres sur Bordeaux au mois d’avril ici.

 

  • Evénements sportifs

Le marathon de bordeaux samedi 15 avril dès 19h – dans tous bordeaux venez encouragez nos coureurs.

La course contre le cancer – Le dimanche 23 avril aux jardins publics – 1€ par km parcouru reversés à la recherche contre le cancer.

Burdicolor : la célèbre course de 5Km colorée – Pessac – 22€ (ça fait un peu cher pour courir 5Km qui ne seront pas reversé mais apparemment l’ambiance est très bonne).

 

l’équipe Triptyque Rosé.

cropped-entete_wordpress2.jpg

L’artiste-peintre Thomas Mainardi expose dans la Ville Rose

A l’occasion d’une thématique croisée sur le portrait et la couleur, la Next Galerie nous fait profiter du 2 juin au 7 juillet 2016 du regard confronté de deux artistes : Flow & Thomas Mainardi. Si le premier expose sur les murs de la Galerie depuis son ouverture, c’est déjà la deuxième exposition en moins d’un an chez Next pour le second.

Next expo

 

Trentenaire Lillois, Thomas Mainardi se destine dans un premier temps à une carrière dans la communication et la publicité. Lorsqu’en 2009 il fait le choix de se consacrer pleinement à son art, ce sont les expositions internationales qui s’ouvrent à lui. Aujourd’hui, il a exposé plus de 200 fois, notamment en Asie, aux États-Unis, en Europe et en Israël.

 T.R : Comment joint-on le milieu de l’art et de la publicité sans pour autant créer des œuvres marketées ?

T.M : « C’est une bonne question. Après avoir créé une agence de pub indépendante en 2009, j’ai aussi vite revendu mes parts afin de me consacrer à mon travail d’artiste. Évidemment les premières années ne sont jamais évidentes sur le plan financier, le temps d’installer un nom, une réputation, une notoriété… Ce qui prend toujours un certain temps.

Pour réussir il faut travailler énormément. Sur son art bien sûr, puis sur la façon de communiquer son art aux autres. Pour cela certains ont besoin d’un (vrai et bon) agent d’artiste, ce qui est assez difficile à trouver… De nombreux talents ne sont pas reconnus pour cette raison.

En revanche, en tant que plasticien et artiste, il y a un nécessaire travail d’introspection et de recherche de soi-même, notamment dans le but de se rapprocher de son « mystère ». La communication m’aide simplement à présenter mon travail. »

T.R : Comment définirais-tu ton travail ?

T.M : « Je dirais que mon travail est contrasté. Parfois il-y-a beaucoup de matière, parfois c’est très lisse. J’utilise du sable, du béton, du gravier, des pierres précieuses ou de la feuille d’or… tout ce qui me passe par la tête ! Pour un tableau (The Power of Enlightment), j’ai utilisé du cuivre apposé sur une toile de lin, que j’ai oxydé par la suite.

Alors que l’on retrouvera des détails très précis, je suis parfois très impulsif, notamment en ce qui concerne les fonds abstraits. Je recherche une réelle ambivalence entre la folie et la douceur, l’urbain et la finesse. »martin pech

T.R : A ce propos, quelles sont tes inspirations ?

T.M : « J’ai un immense respect pour les grands maîtres de la renaissance ou de l’art sacré, comme Michel-Ange. Mais j’ai des inspirations plutôt modernes et contemporaines : La technique et l’originalité de Dali, la provocation et l’anticonformisme de Warhol, le mystère de Rothko, et bien-sûr la poésie et le romantisme de Klimt et Mucha, que j’adore… L’art urbain m’inspire également avec Rone, par exemple.

T.R De quoi ne te sépares-tu jamais ?

T.M : « De mes amulettes, mes bracelets et mes bagues ! ».

Retrouvez le site de Thomas =>  ici

N.T.

13230181_10154203074345419_4135736679021488973_n

indienne

face

Thomas Mainardi a aussi exposé au Musée Dali dans le cadre d’un partenariat qui a commencé avec l’exposition « Dali fait le mur » : d’une grande qualité technique, ce tableau propose une réflexion profonde sur l’harmonie du monde animal et végétal, tout en questionnant sur la place de l’homme dans cet ensemble.

Dali expo

cropped-entete_wordpress3.jpg