Programme culturel d’Avril Mai sur Bordeaux –

L’équipe de Triptyque Rosé vous réserve son programme culturel du mois d’avril-mai. Vous retrouverez ici tous nos meilleurs événements, ce à ne pas rater selon nous.

  • Expositions

Les Frissons de la Hammer : Exposition sur l’art de l’affiche dans le cinéma fantastique britannique (1955-1976) – à la Bibliothèque Mériadeck – Jusqu’au samedi 3 juin 2017 – GRATUIT.

Ewa Hauton : Exposition de peinture. Directeur Artistique en Publicité, depuis plus de 10 ans, elle se consacre uniquement à la peinture. Sa rencontre avec une chorégraphe déterminera l’orientation de ses oeuvres vers le mouvement, comme représentation profonde de vie – Bouillon d’art 37 rue Bouffard 33000 Bordeaux – Jusqu’au 6 mai – GRATUIT

Bistro ! De Baudelaire à Picasso : exposition de peinture à la cité du vin – jusqu’au 21 juin – GRATUIT pour les étudiants, 8€ billet seul sans réduction.

Nobody knew you’re dog : Exposition de Romain Tardy – L’ensemble des pièces présentées au sein de la Base sous-marine proposent une réflexion sur notre époque numérisée, par le biais d’une mise en scène de la friction entre immatériel numérique et présence du monde physique – Base sous marine de Bordeaux –  jusqu’au 21 mai – 3€ tarif réduit, 5€ plein tarif, gratuit le 1er dimanche du mois. 

BEAU GESTE PRESS : exposition au CAPC Bordeaux – Jusqu’au 28 mai – 4€ tarif réduit, 7€ plein tarif – Histoire de la maison d’édition indépendante mexicaine Beau Geste Press (BGP) que l’on peut revivre à travers l’exposition.

 

  • Musique

DJ SET Nous étions deux / Heureux Heureuses : Entrées libres – Caserne Niel le 19 avril – 18h à minuit. 

La Hors Bord Festival : Du 18 au 21 mai – Bassins à flot – Dalle du Pertuis Cours Henri Brunet 33 300 Bordeaux – à partir de 31€ – toutes les informations sur le lien.

La liste de tous les concerts sur bordeaux au mois d’avril en cliquant sur le lien:  ici. 

  • Evénements Culturels

Défilé au musée des beaux art : ce soir – Le jeudi 13 avril 2017 à 18h30 – Bordeaux au musée des beaux arts. GRATUIT.

La kilo troc party : le 15 avril – La halle de douves à Bordeaux

Conférence sur Le Corbusier : Jeudi 27 avril  19h – Athénée municipal – GRATUIT pour les étudiants, 3€ pour les adhérents, 6€ pour les non adhérents.

Conférence sur le thème « la prostitution dans l’oeil du peintre au XIX° siècle » : Jeudi 18 mai 19h – Athénée municipal – GRATUIT pour les étudiants, 3€ pour les adhérents, 6€ pour les non adhérents.

La liste complète des pièces de théâtres sur Bordeaux au mois d’avril ici.

 

  • Evénements sportifs

Le marathon de bordeaux samedi 15 avril dès 19h – dans tous bordeaux venez encouragez nos coureurs.

La course contre le cancer – Le dimanche 23 avril aux jardins publics – 1€ par km parcouru reversés à la recherche contre le cancer.

Burdicolor : la célèbre course de 5Km colorée – Pessac – 22€ (ça fait un peu cher pour courir 5Km qui ne seront pas reversé mais apparemment l’ambiance est très bonne).

 

l’équipe Triptyque Rosé.

cropped-entete_wordpress2.jpg

Publicités

PROFIL D’ARTISTE: VALY D Photographie

Qui sont les acteurs de la vie culturelle des bords de Garonne ? Qui sont les prophètes de notre épanouissement anti académique, vecteurs d’ouverture d’esprit et créateurs d’envies ?
Nous avons décidé à Triptyque Rosé de vous faire partager le parcours et le travail de chacun de ces acteurs de notre plaisir, pour en avoir toujours plus.

Aujourd’hui, zoom sur Valy D, photographe de la scène bordelaise et contributrice au webzine JUGEOTE depuis quelques années.

Valy D débute son parcours photographique en exerçant pour son loisir. Autodidacte, elle s’aventure  l’aide d’un appareil argentique, apprenant progressivement au fil de chaque prise. Beaucoup de pratique, de régularité et de tutoriels sur Youtube me dit-elle, finissent par lui accorder un savoir-faire qui mérite mieux que d’être exploité seulement à titre personnel. Pour avancer et progresser, il ne faut pas hésiter, et tenter sa chance : comprendre et braver les difficultés pour mieux créer.

sans titre-17

Valy D prône toujours son premier amour, la photographie de concert. Il s’agit de faire ressortir l’intensité du groupe sur scène, attraper les expressions des visages, l’ambiance dans la salle. Alors on apprend que parfois, lorsque l’on ne se trouve pas en face d’un Jimi Hendrix, il vaudra mieux se concentrer sur les instruments, les détails des personnes présentes (tatouages, chaussures…).
La difficulté est d’associer l’originalité à la qualité, en s’arrangeant avec les contraintes imposées : pour les grandes salles, limite à 3 chansons par photographe, avec une prise de vue essentiellement autorisée de par les côtés de la salle, pour ne pas gêner le public.

guitare manu

Aujourd’hui, Valy D continue d’écumer les salles de concert, avec du matériel plus approprié cependant (l’argentique ne convient pas vraiment pour le mouvement), mais souhaite aussi se diversifier, et plus généralement devenir professionnelle. Auto entrepreneuse depuis juin 2015, son but aujourd’hui est de compléter ses connaissances en développement photographique, mais aussi de s’épanouir dans le domaine en plein essor qu’est l’infographie et la retouche photographique, pour créer des visuels innovants, et offrir à sa créativité un nouveau champ d’expression.
Pour cela, elle n’hésite pas à s’impliquer et collaborer (aussi bien avec nous), comme par exemple avec le récent collectif de professionnels OMNIBUS, dont le but est de promouvoir les artistes émergents de la scène culturelle girondine. Son implication dans plusieurs clubs de photographie lui permet également d’échanger des connaissances, partager son savoir faire et ses idées avec d’autres créateurs d’images.

En bref, Valy D fait définitivement parti des acteurs de notre patrimoine culturel, que l’on pourra retrouver très prochainement au concert bordelais de Thomas Dutronc, samedi 30 janvier au Rocher de Palmer. Alors si ça vous tente, découvrez son œuvre sur sa page Facebook et son site Internet, et surtout, n’oubliez pas de faire partager (car c’est là tout l’intérêt) !!

R.J. B.

https://www.facebook.com/valydphotography/?fref=ts

http://www.photographe-libourne.fr/

http://jugeote.eu/

Retour sur le concert du groupe Ruby Cube

 

Le groupe électro pop-rock Ruby Cube s’est produit le mercredi 2 décembre 2015 à l’occasion d’un évènement organisé par Good Morning Toulouse au Connexion café. D’origine 100% toulousaine, Arthur, Joseph, Eliott, Christophe et Samson se sont livrés durant ce concert fort en sonorités rétro-pop à un public conquis, en proie à de nouvelles expériences auditives.

 

Rencontre avec les membres du groupe toulousain Ruby Cube

Comment le groupe Ruby Cube a-t-il vu le jour ?

Samson (chanteur) : « Si Arthur (batteur) et Eliott (guitariste) sont frères, je connais Joseph depuis la maternelle. De toute évidence, c’est une expérience qui a réellement débuté au collège de Blagnac lorsque l’on s’est tous trouvés entre la 4e et la 5e.

Concernant nos débuts, on a d’abord commencé par faire des reprises puis assez vite (un peu moins d’un an après) on nous a invités à faire des concerts. D’ailleurs, on s’est produits pour la première fois dans un bar qui n’existe plus aujourd’hui : c’était la Cave de la Notte rue Pargaminières en plein cœur de Toulouse. L’audience était là : on a donc commencé à composer pour élargir notre registre ».

 

Vous jouez fréquemment « Clint Eastwood » de Gorillaz, durant vos concerts. C’est à ce moment-là que vous l’avez reprise ?

Samson : « Non cette reprise on l’a travaillée en 2013. On a été les invités du Mouv’ pour une émission de radio et on nous a demandé de jouer deux morceaux que l’on avait composés et une reprise : on a alors recherché une musique qui nous plaisait et qui était à la fois assez différente de notre style, pour qu’on puisse se l’approprier ».

 

Votre style transcende plusieurs influences. Quelles sont vos inspirations musicales ?

Samson : « Je dirais spontanément les groupe britanniques Foals, Two Doors Cinema Club ou encore Metronomy. Puis même si leur style est très différent du nôtre, je citerais aussi les Arctic Monkeys. Aujourd’hui, le Hip Hop et l’électro sont très présents dans nos vies même si ces styles ne se ressentent pas non plus dans nos compositions. Tout cet éventail musical nous permet de puiser des inspirations dans la culture musicale ».

Chris : « Je pense qu’on est tous très fans de synthé qu’on retrouvait dans les vieux groupes des années 80’ et que l’on ressort malgré tout aujourd’hui sur des grosses prod’ comme Rihanna ou Kanye West. En tout cas, le gros geek de synthés du groupe c’est Joseph qui les a pratiquement tous créés ! ».

Joseph : « C’est vrai qu’on écoute plus de House et de Hip Hop que de Pop. Pour moi, il y a des références incontournables qui me donnent envie de créer de nouvelles sonorités ».

Eliott : « Je pense que certaines influences ne sont pas épuisables ; dès que l’on compose ou que l’on prépare notre set live, on a vraiment envie de retrouver certaines sonorités parce qu’on sait que c’est ce genre de choses-là qui nous font vibrer sur scène. Peu importe finalement d’être catégorisés House, Groove ou Pop, on va chercher une base rythmique que l’on aura déjà en tête et qui sera la quintessence de toutes ces influences ».

 

Et sinon, à quand une chanson française ! ?

Samson : « La question s’est en effet posée ! Le problème c’est que je ne pense pas que l’on soit prêts, c’est une vraie barrière linguistique. Une chanson en français ne sonne pas pareil qu’une chanson en anglais. La preuve ! Traduis les paroles des Beatles, ça fait peur… De toute évidence, notre groupe est fortement imprégné de musique britannique, c’est ce qui nous a donné envie de composer ».

C’est peut-être une question de temps, de maturité… Un mot français « pèse » beaucoup plus lourd qu’un mot anglais. On commencera probablement par une reprise ».

Eliott : « Composer en français, c’est essayer de se mettre au niveau de Souchon ou Gainsbourg, c’est très ambitieux ! L’absence de sens dans les paroles en français, c’est évident que ça ne passe pas, alors que la langue anglaise est beaucoup plus chantée, le sens n’est pas toujours nécessaire ».

 

Avez-vous un rituel de motivation avant d’aller sur scène ?

Samson : « On en a eu plusieurs mais surtout quand lorsqu’on est en tournée et que nos copines, nos amis ou notre famille ne sont pas dans le public. Si on le fait c’est à la fois pour se concentrer, se détendre, et canaliser les énergies avant de tout donner avant le concert. Ici à Toulouse, on s’est simplement retrouvés 10 minutes avant de monter sur scène autour d’un verre ».

 

A propos du clip que vous avez tourné en 2013 sur la musique « Appollo », le scénario est à la fois extravagant et très travaillé. D’où vous est venue l’idée ?

Samson : «  Au risque de décevoir, nous avons un label à Paris qui nous a proposé de travailler avec un réalisateur qui était aux Etats-Unis. Il nous a présenté un scénario qui nous a plu. Pour le coup, on a prêté notre chanson à quelqu’un qui a fait sa propre vidéo. Malgré tout, on a modifié en substance le scénario, notamment en ce qui concerne la fin du clip qui apporte un second degré ; ça nous ressemble d’une certaine façon ».

Eliott : « C’est-à-dire qu’à ce moment-là, on n’avait pas beaucoup de temps à consacrer au groupe étant donné qu’on avait chacun nos études en parallèle. Avant ce premier clip, on avait un projet originel de clip qui était, finalement, trop ambitieux et qui n’a pas abouti ».

 

Une ville dans le Sud-Ouest ?

Samson : «  Saint Jory (Toulouse-Nord) ! C’est l’endroit où habite Eliott : c’est dans sa maison que notre groupe a pris naissance car on a commencé à répéter et composer dans son garage »

Mais pour une adresse sympa, on recommande le « Dada bar » du côté d’Arnaud Bernard qui a ouvert il y a un an.

 

Quels seront vos prochains projets ?

Chris : « Le clip qui est en cours de tournage va être très différent du précédent. On le prépare à 100% en collaboration avec un réalisateur et ça sera vraiment quelque chose qui nous ressemble ».

Samson : « On collabore aussi avec Boussole Records, un label électro toulousain récent qui s’est proposé pour remixer certaines de nos compositions. Mais ce n’est encore qu’un projet à concrétiser ».

 

Suivez Ruby Cube sur facebook

Nicolas T.

Crédits photo GoodMorningToulouse

10

01

04

02

03

06

08

13

12

cropped-entete_wordpress.jpg